Skip to main content

Partager vos photos de voyage sur les réseaux sociaux… ou pas?

Partager une photo de votre bague de fiançailles ou de votre lune de miel sur vos réseaux sociaux, c’est tentant. Mais peut-être pas très prudent.

En octobre 2016, Kim Kardashian se trouvait à Paris pour la Semaine de la mode lorsque cinq hommes armés se sont introduits dans sa chambre d’hôtel pour s’enfuir avec près de 10 millions de dollars de bijoux. Comment les malfaiteurs ont-ils su que la star se trouvait seule dans sa chambre d’hôtel pile à ce moment-là, sans son garde du corps? Facile : ils n’ont eu qu’à consulter ses réseaux sociaux pour suivre ses déplacements à la trace.

Certes, on ne se promène pas tous dans les beaux quartiers de Paris avec un diamant de 18,88 carats au doigt. Mais si vous n’y prenez pas garde, la trace que vous laissez sur les médias sociaux peut en révéler beaucoup à quelqu’un de malintentionné : votre lieu de résidence, les objets de valeur que vous possédez, vos déplacements, etc.

Dans une étude menée auprès de 50 ex-cambrioleurs au Royaume-Uni, on apprend que 78 % d’entre eux utilisaient les médias sociaux pour repérer les maisons dont les propriétaires étaient absents.

Inquiétant? Petit guide pour vous protéger.

Médias sociaux et vols par effraction: palmarès des erreurs à éviter

1. Dévoiler votre adresse

Ne publiez jamais de photos de la façade de votre résidence ou d’un détail qui pourrait donner une indication claire de l’endroit où vous habitez (comme le numéro de porte). Vous mettez votre appartement à louer sur un site comme Kijiji? Contentez-vous d’indiquer le secteur au lieu de fournir l’adresse complète. Vous éviterez ainsi de dresser l’inventaire de tous vos objets de valeur et de le mettre à la disposition de n’importe qui.

Les vols par effraction, pas qu’un danger virtuel

En 2017, on a dénombré 159 336 entrées par effraction au Canada. Un nombre sans doute en deçà de la réalité, puisque la vaste majorité de ce genre de méfait n’est pas rapportée à la police. Les grandes villes comme Montréal, Toronto et Vancouver sont les plus à risque : ces métropoles arrivent en tête de liste pour ce qui est du nombre d’effractions commises et du ratio par habitant.

2. Signaler votre position

Évitez d’informer le monde entier de votre position en faisant des «check-in» ou en utilisant les fonctions de géolocalisation des plateformes de réseaux sociaux à chacun de vos déplacements. N’oubliez pas que si vos profils sont publics, ces données le sont aussi! Vérifiez également les réglages de votre téléphone cellulaire pour vous assurer que la fonction de géolocalisation n’est pas activée en permanence. Sinon, une simple photo pourrait permettre de vous localiser, grâce aux données GPS contenues dans le fichier.

3. Partager des photos de voyage… pendant votre voyage

Rien n’indique plus clairement à un cambrioleur que votre maison est sans surveillance qu’une photo de vos orteils dans le sable de Punta Cana. Attendez d’être de retour pour partager vos souvenirs, comme dans le bon vieux temps. Oui, c’est dur. Mais vous vous mettrez à l’abri de tous ceux qui pourraient profiter de votre absence pour vous soulager de vos objets de valeur.

4. Étaler vos richesses sur les médias sociaux

Vous avez décidé de vous offrir la montre de vos rêves ou de vous commencer une collection d’art contemporain? Félicitations. Mais il serait plus prudent d’éviter d’en faire l’étalage sur tous vos comptes, même s’ils sont privés. Après tout, vous ne partageriez jamais le relevé de vos profits à la Bourse!

Tags de l'article