Passer au contenu principal

Grêle : quand le ciel nous tombe sur la tête

Des précipitations de glace en été? C’est un phénomène naturel beaucoup plus commun qu’on le pense, particulièrement en Alberta.

Les victimes des nombreuses chutes records de grêlons des dernières années peuvent en témoigner : bien qu’elles ne durent généralement que quelques minutes, les précipitations de grêle peuvent avoir des effets dévastateurs. Au-delà des événements majeurs qui ont marqué l’imaginaire collectif, les chutes de grêle se dénombrent par dizaines chaque année et causent des dommages importants.

Comment se forme la grêle?

La grêle se crée au cœur des nuages d’orage lorsque des gouttelettes d’eau sont poussées par des courants d’air vers des zones plus froides en altitude, puis se condensent et gèlent. Quand le poids des morceaux de glace devient trop imposant (certains grêlons peuvent avoir la dimension d’un pamplemousse, voire d’un melon!), ceux-ci tombent au sol avec une vitesse pouvant atteindre 130 km/h.

Les tempêtes de grêle surviennent principalement entre mai et octobre partout au Canada, mais elles sont plus fréquentes en Alberta et dans le sud des Prairies et de l’Ontario. Le climat de l’Alberta est particulièrement propice à la formation de grêle en raison de son élévation et de la proximité des Rocheuses.

Formation de grêle

Enrayer la grêle

Des stations radars surveillent la formation de la grêle, et des avions sont prêts à prendre d’assaut les nuages pour y répandre un aérosol qui freinera la violence des précipitations. De la science-fiction? Pas du tout : cette procédure fait partie du Programme de suppression de la grêle mis en place dans l’Ouest canadien grâce à une association entre Intact Assurance et la Société albertaine de gestion des phénomènes météorologiques violents.

Comment prévenir les dommages?

Bien que la plupart des tempêtes de grêle posent un risque minimal, lorsque ce sont des melons qui tombent du ciel, ceux-ci peuvent sérieusement endommager les immeubles et les voitures. Voici quelques conseils :

Les essentiels

  • Coupez les branches mortes des arbres autour de la maison qui sont susceptibles de tomber sous l’impact des grêlons ou l’effet des vents violents.
  • Rangez ou attachez tous les objets qui se trouvent dans la cour (mobilier, BBQ, vélos, jouets, etc.) et qui pourraient être endommagés ou projetés.
  • Si possible, stationnez votre véhicule dans un garage ou un abri d’auto. Autrement, recouvrez-le d’une couverture épaisse ou de grands cartons pour réduire au minimum les dommages.
  • Tirez les rideaux, toiles et stores afin de restreindre la projection d’éclats de verre en cas de bris des fenêtres.
  • Restez à l’intérieur : la grêle pourrait vous blesser.

En cas de grêle

  • Si vous êtes sur la route, immobilisez votre voiture loin des arbres et des fils électriques qui pourraient tomber sur vous. Restez à cet endroit jusqu’à ce que la grêle cesse.
  • S’il n’y a pas d’endroit sécuritaire où stationner, couvrez votre voiture d’une couverture épaisse ou mettez vos tapis d’intérieur sur le pare-brise et sur le toit.
  • Si vous êtes à la maison, éloignez-vous des fenêtres, des portes vitrées et des puits de lumière qui pourraient se fracasser s’ils sont frappés par des grêlons.

Aux grands maux, les grands moyens

  • Installez des volets résistant aux chocs sur les grandes fenêtres et les portes vitrées.
  • Faites vérifier l’état de votre toiture chaque année. Et si vous la remplacez, optez pour les matériaux les plus résistants.
  • Laissez des couvertures épaisses dans votre voiture.
  • Inscrivez-vous à un service d’alertes météo pour être informé lorsqu’une tempête approche et bien vous préparer.

Si votre véhicule ou votre propriété est endommagé par une tempête, pas de panique. Les coûts de réparation ou de remplacement pourraient être couverts par votre assurance auto ou habitation. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre courtier d’assurance.

Tags de l'article