Skip to main content

Êtes-vous bien protégé en cas de catastrophe naturelle?

Pluies torrentielles, tornade, tempête de vent, grêle… personne n’est à l’abri de tels phénomènes. Contrairement à ce que plusieurs croient, la plupart de ces événements, communément appelés Act of God, s’assurent.

Le climat change.  Les changements climatiques ne sont pas sans conséquence. À preuve : en 2016, les assureurs de dommages ont versé près de 5 milliards de dollars pour couvrir des sinistres assurés liés à des phénomènes météorologiques extrêmes, incluant les incendies en Alberta1.

La plupart des événements sont couverts

Si la majorité des catastrophes naturelles sont couvertes dans les contrats d’assurance habitation, d’autres peuvent l’être par l’ajout d’une protection vendue par avenant. Notons que les contrats d’assurance automobile couvrent généralement la plupart des catastrophes naturelles (en présence du Chapitre B).

  • Risques couverts
    Votre assurance habitation de base vous protège en cas de dommages causés par la foudre, la grêle, les vents et les feux de forêt.  Par exemple, si une violente tempête de vent endommageait le revêtement extérieur de votre résidence, vous seriez indemnisé pour les dommages jusqu’à concurrence du montant d’assurance stipulé dans votre contrat.
  • Risques couverts par avenant
    Pour faire face à certains autres désastres naturels, des avenants doivent être ajoutés au contrat d’assurance habitation. C’est le cas notamment pour les tremblements de terre et les inondations.
  • Risque non couvert
    Il n’existe aucune protection pour les dommages résultant d’un glissement de terrain.

Les tremblements de terre : deux types de dommages

Au Québec, le risque qu’un séisme majeur survienne est bien réel2. En matière d’assurance, il y a deux types de dommages liés aux tremblements de terre :

  • Les dommages résultant d’un incendie, d’une explosion ou de la fumée consécutifs à un tremblement de terre. Bon nombre d’assurés sont d’ailleurs couverts pour ces dommages par une protection incluse dans leur assurance habitation2. Vous pouvez vérifier auprès de votre courtier si vous bénéficiez de cette protection.
  • Les dommages résultant d’une secousse, pour lesquels très peu de citoyens sont couverts2, mais qui peuvent être couverts par un avenant.

Les inondations : de plus en plus fréquentes

Les dommages par l’eau sont maintenant la première cause de réclamations en assurance habitation et représentent environ la moitié des indemnités versées en assurance habitation3. Et pour cause, pluies diluviennes, inondations… on observe depuis plusieurs années une hausse des phénomènes météorologiques extrêmes qui causent des dégâts4. Les changements climatiques ont incité les assureurs à offrir de nouvelles protections pour répondre aux besoins des assurés. Ainsi, les dégâts causés par la crue des eaux et le débordement de cours d’eau peuvent maintenant être couverts par des avenants ajoutés au contrat, lorsque vous y êtes admissible4.

Par exemple : un embâcle fait monter le niveau de la rivière à proximité de votre maison. L’eau monte sur votre terrain et s’engouffre dans votre sous-sol. Les dommages seront couverts si vous avez acheté l’avenant Dommages d’eau - Eau du sol, égouts et débordement de cours d’eau3.

Une préoccupation constante

Les désastres naturels font désormais partie des préoccupations des assureurs. Des études sont menées afin de déterminer les probabilités qu’ils surviennent et le coût moyen des dégâts causés.  C’est ce qu’on appelle la répartition des risques, un concept clé à la base de votre assurance habitation comme de votre assurance automobile5.

Renseignez-vous auprès de votre courtier d’assurance

Pour en savoir plus à ce sujet ou si vous avez des questions à ce sujet, communiquez avec votre courtier d’assurance, c’est votre meilleur conseiller.